La loi protège ceux qui signalent une surdose d’être accusés de possession

La Chambre des délégués de Virginie a adopté à l’unanimité un projet de loi appelé la loi sur les bonnes samaritaines, selon le Roanoke Times. Le projet de loi, qui doit encore être adopté par le Sénat pour devenir une loi, protégerait les personnes d’être accusées de possession de drogue mineure si elles signalent une surdose de drogue aux autorités. La loi vise à réduire le nombre de surdoses mortelles d’héroïne dans le Commonwealth, qui ont presque doublé ces dernières années.

Bonne loi samaritaine

En vertu du projet de loi, toute personne qui signale une surdose de drogue, qu’elle soit ou qu’une autre personne soit impliquée, à la police serait protégée contre toute accusation de possession de drogue mineure. Le projet de loi vise à encourager les gens à communiquer avec le 911 s’ils sont témoins d’une surdose de drogue sans craindre d’être eux-mêmes accusés d’un crime. La Virginie suivrait 20 autres États qui ont déjà des protections similaires en place.

La facture est toutefois limitée. Les personnes qui signalent une surdose ne seraient protégées que d’être accusées d’un délit de drogue et non de crimes liés à la drogue. La police et les procureurs seraient toujours en mesure de poursuivre des accusations telles que le trafic de drogue contre une personne qui signale une surdose.

Surdoses en hausse

Comme le rapportait récemment le News Journal, les États de l’est des États-Unis sont aux prises avec une épidémie d’héroïne que ce nouveau projet de loi vise à combattre. Bien que la Virginie ait globalement moins de surdoses mortelles d’héroïne que les États voisins, les taux de surdoses augmentent rapidement. Entre 2011 et 2013, par exemple, le nombre de surdoses mortelles d’héroïne en Virginie a plus que doublé. En 2014, on estime qu’il y a eu 210 surdoses mortelles d’héroïne dans le Commonwealth.

Selon les analystes, l’augmentation de la consommation d’héroïne est en partie due à la répression par les autorités de l’abus de médicaments sur ordonnance. Alors que les organismes d’application de la loi se sont attaqués à la consommation illégale de médicaments sur ordonnance, ils ont fini par augmenter le prix de ces médicaments. En conséquence, de nombreuses personnes qui étaient autrefois dépendantes d’opiacés comme le percocet et l’oxycodone se tournent maintenant vers des alternatives moins chères telles que l’héroïne.

Défense en matière de droit des drogues

Les autorités adoptent une position beaucoup plus dure contre les infractions liées à la drogue. Même le projet de loi ci-dessus, tout en protégeant certaines personnes d’être accusées d’un délit de drogue, a encore une portée très limitée. Les forces de l’ordre et les procureurs ont toujours de larges pouvoirs pour poursuivre les accusations de drogue contre les accusés.

En tant que telles, les personnes confrontées à une accusation de drogue doivent contacter immédiatement un avocat de la défense pénale. Ces accusations sont extrêmement graves et devraient être traitées par un avocat qui possède les connaissances et l’expérience nécessaires pour mieux protéger les droits d’un défendeur pendant cette période difficile.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.